Bissau, figée dans le temps?

Article : Bissau, figée dans le temps?
2 novembre 2014

Bissau, figée dans le temps?

Toca Toca
Toca Toca

Rien n’a changé. C’est comme si le temps s’est arrêté ici. Ma première fois à Bissau c’était en 2009; à l’époque déjà, je trouvais que la Guinée- Bissau avait refusé de monter dans raté    le train du développement. Cette impression s’est renforcée pour mon plus grand désarroi lors de mon récent séjour. C’est le drame des pays traumatisés par la guerre. C’est comme si la vie s’arrête. Comme si les uns et les autres vivent dans la crainte que le K.O se réinstalle… Triste histoire!

Palais présidentiel Bissau Guinnéen rennové
Palais présidentiel Bissau Guinnéen rennové

Petite note personnelle :

Mon grand frère Thierry m’a demandé si Bissau s’est finalement décidé à investir dans le développement  des infrastructures; je n’ai pas osé lui donner une réponse… de toutes les façons, je crois qu’il la connaît. Thierry, le palais présidentiel a été réhabilité. C’est déjà en soi une bonne nouvelle. En 2009, en plein centre ville, le bâtiment portait les traces d’un coup d’Etat.

Grand frère, le courant ici est un luxe, la plupart des endroits où sont alimentés par des groupes électrogènes, et la connexion internet quand elle existe est mauvaise voire limitée…

ECOMIB
ECOMIB

Une paix fragile:

Au bout d’un moment, le temps de quelques sorties, je finis par prêter attention à des véhicules. Rien d’extraordinaire me direz vous! Sauf qu’en fait de véhicules banals, il s’agit de blindés militaires stationnés près de l’hôtel. Après renseignements, j’apprends que c’est un contingent nigérian de la CEDEAO, du maintien de la Paix détaché en Guinée- Bissau pour -s’assurer que Ie pays reste et demeure stable. Ça rassure, ça vous calme.

Petite note personnelle: lors de mon précédent séjour, deux jours plus tard après mon départ, les militaires décidaient que  « la recréation est terminée » et qu’eux, garants de la loi et de I’ordre, ils devaient réinstaurer le cours normal des choses.

Dans ces conditions, voir ECOMIB (La mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau) vous apaise le cœur, et vous rappelle qu’à n’importe quel moment ça peut péter! Même a « Fongolémi* », Buba qui se situe à plus de 300 km, recevait une visite de la mission ECOMIB. HUM! Les soulèvements commencent souvent dans le maquis. Il vaut mieux avoir l’œil partout, du moins, tant que c’est possible.

C’est dire qu’en Guinée-Bissau, on est  assis sur une poudrière…..

Un pays sous perfusion: presque tous les pays africains bénéficient d’appui de toute sortes; l’aide au développement; c’est un fait! Certains ont même  souscrit à l’initiative PPTE (Pays Pauvres Très Endetté) pour pouvoir grappiller des sous. -Peut être c’est mon ignorance qui parle et si c’est le cas, merci de m’en excuser. En Guinée Bissau, sur  les 1000 km de route que j’ai eu faire, il me semble avoir vu plus de tableaux valorisant les appuis des bailleurs ici qu’ailleurs. Croyez-moi , je travaille dans le développement durable depuis 7 ans et franchement le pays comptabilise trop de « MOl; bailleur je t’ai appuyé. » On aime dire que la Guinée-Bissau est peut être un pays, mais pas un Etat! Cela serait un début d’explication. Un Etat nécessite des institutions fortes et crédibles pour rassurer les bailleurs. Je sais ce que vous me direz, avec les coups d’Etat, le temps a suspendu son envol; résultat des courses, Bissau a un train de retard. Aussi, qui s’intéresse aux trains à l’heure?

Et si je veux shopper?  Les choses que tu entends ailleurs et puis tu jures que ça ne peut pas être vrai. Après une semaine passée dans le Bissau profond, me voici dans la capitale. Hum! La fille que je suis décide de faire les boutiques. Les boutiques, elle dit. Maéva m’avait pourtant annoncée les couleurs :  » Moi je ne fais pas mes courses ici. Ça coûte cher et il n’y a rien à acheter ici. Je fais mes courses au Portugal ». Je pensais que c’était une façon de parler! Hum! je croyais! Point de grande enseigne genre Casino ou autre chaînes de supermarché, point de prêt à porter comme on peut en voir dans les grandes Capitales! Sériously? Je vous assure que jusqu’à présent je refuse de croire que cela puisse être vrai! Je m’en vais de ce pas au bureau des réclamations: Sieur, mon guide ne m’a pas amené aux bons endroits!

La suite sous peu….

Partagez

Commentaires

Fotso Fonkam
Répondre

L'essentiel était à la fin: tu es vex parce que tu n'as pas pu faire du shopping.
Sérieux, je pense que jusqu'à maintenant les Africains sont toujours trop obnubilés par le pouvoir. Dès qu'ils accèdent au trône, tout le reste passe après leur satisfaction personnelle. Sinon, comment comprendre que depuis 2009 rien n'ait changé dans un pays? Je parle comme si chez moi au Cameroun depuis 34 ans les choses avaient changé hein.
L'Afrique a besoin d'une nouvelle génération de dirigeants, ceux qui travailleront pour l'intérêt commun.
Bon, assia pour les louboutins que tu n'as pas pu acheter hein, repars la bas dans 5 ans encore tenter ta chance.

intheeyesofleyopar
Répondre

MDR, orrrrrrrrrrrrrrr tu connais les femmes. Sérieux le dernier point était mon dernier rempart. A ce point c'est ABUSE... C'eest comme si le pays s'est arrêté de vivre...

Thierry
Répondre

L'Etat est garant des politiques publiques de développement et sans Etat, difficile de travailler dans la durée. Les partenaires ne construisent pas un pays, ils accompagnent l'agenda de développement local (en théorie) car la tentation est plutôt forte de faire passer leur propre agenda. Il ne faut pas oublier que la Guinée Bissau souffre énormément du trafic international de drogue et donc ça arrange plusieurs barons que le pays stagnent. Nous n'avons pas le pouvoir de changer les choses mais nous avons le devoir d'interpeller nos décideurs politiques et nos penseurs afin qu'ils pensent un développement réaliste pour la Guinée Bissau, les enfants de la Guinée Bissau espèrent à un avenir meilleur, chacun peut jouer une partition à chacun de trouver laquelle. Merci Leyopar d'être une sentinelle.

intheeyesofleyopar
Répondre

C'est vrai Thierry et je pense que le meilleur est à venir d'autant plus que tout n'est pas noir Dieu merci

Christopher Pereira
Répondre

La situation dans ce pays est effectivement désastreuse.
Je suis surpris, d'ailleurs, de voir un article qui concerne la Guinée-Bissau, car je trouve qu'il est rare qu'on entende parler de ce petit pays, ancienne colonie portugaise. Même si ce n'est que pour rappeler l'extrême délabrement du pays et la tragedie de l'alliance entre le traffic de drogue et la corruption du pouvoir.
J'attends la suite avec impatience!
PS : A noter que RFI, et notamment son département d'Afrique Lusophone, émet tous les jours vers la Guinée Bissau. Alors ça me fait parfois rire, parce que je me demande qui réellement écoute RFI en Guinée-Bissau?

intheeyesofleyopar
Répondre

Merci pour ton commentaire. C'est terrible quand connait le potentiel du pays.
hahahahahaha j'ai moi aussi été surprise d'écouter RFI en français c'était très drôle mais instructif, il y a des tranches d'antenne en portugais qui se dilue dans une grille en grosse partie francophone. Rigolo aussi canal+ et son bouquet franco francophone dans un pays où trouver quelqu'un qui parle français relève de l'exploit.