Tu parles français, Ze parle toubab

Article : Tu parles français, Ze parle toubab
1 octobre 2014

Tu parles français, Ze parle toubab

Source: https://www.leplaisirdapprendre.com/
Source: https://www.leplaisirdapprendre.com/

Le Français   est une langue indo-européenne de la famille des langues romanes. Le français s’est formé en France (variété de la « langue d’oïl ») et est aujourd’hui parlé sur tous les continents par environ 220 millions de personnes dont 115 millions de locuteurs natifs, auxquels s’ajoutent 72 millions de locuteurs partiels (évaluation Organisation internationale de la francophonie : 2010). Elle est une des six langues officielles et une des deux langues de travail (avec l’anglais) de l’Organisation des Nations Unies, et langue officielle ou de travail de plusieurs organisations internationales ou régionales, dont l’Union Européenne. Source Wikipédia

Dans le Monde, le français pointe à la 5ème place et en Afrique il est sans doute la 1ère langue (enfin je crois).

Vous vous demandez surement où je veux en venir, je suis arrivée au Sénégal ça fait 10 ans. Et, à ma grande satisfaction, après avoir échangé les civilités d’usage, j’ai appris que la Niak que je suis à un fort accent! Un accent dites vous? Oui! un accent. Hum! Déjà, pour vous dire la vérité, j’ai été TRES choquée. Au Cameroun, ma chère Patrie, mes compatriotes avaient de la peine à me géocaliser à cause d’un français aux intonations épurées et voilà que dans le Pays de la Téranga je me fais verbaliser pour une histoire d’accent. Comme je suis une femme Stoïque, j’ai accusé le coup. J’ai moi avalé mon macabo car vraiment, si l’autre ci n’est pas chercher les poux sur une tête de chauve, je ne vois pas ce que c’est. Je disais donc que j’ai avalé mon macabo car je les attendais au tournant.

Le Sénégalais, ancien citoyen « Français » se vante de parler un français limpide, correct, impeccable, que dis-je académique! Na so* Plus pédant, tu meurs. Les gens là aiment entendre que Molière était leur frère. Le temps passe et je me rends compte que « leur » français n’est pas si nickel que ça! Ou c’est parce que Léopold Sédar Senghor était un Immortel qu’il l’a été pour tous les Sénégalais, ou c’est le français qu’il maîtrisait qui leur a été inoculé à la naissance; je ne saurai vous dire ce qui justifie tant de prétention…

Voici un citoyen du monde supposé francophone et francophile, dont la langue officielle est le Français. La réalité est tout autre. Au Sénégal, la langue officielle est le Français Wolof.

Tu viens d’arriver, tu n’as même pas 1 semaine? « Tu ne parles pas encore Wolof »; « Il faut parler dèh, tu es au Sénégal » hum!

Tu entres dans le taxi si tu ne connais pas les us et coutumes dans la négociation de taxi c’est ton problème.

Tu vas au marché, si là-bas tu ne connais pas les usages en matière de négociation de prix, c’est encore ton problème. Chut! le Français est la langue officielle.

Au Cameroun, on aime souvent se moquer de l’Ivoirien qui omet les articles dans ses phrases, mais croyez- moi ce n’est rien à côté du Français Sénégalais.

Je m’en vais vous faire une dictée à la façon d’un enseignant sorti fraîchement de l’école de formation.

Petite note personnelle: pour une bonne immersion, souffrez que je devienne « ingénieur de son » avec en filigrane des néologismes phonétiques.

Exemple: on écrit gens mais on lit gence ok?

Ainsi donc: prenez cahier, marquez dictée!

La vie est une bastonnade*

Ce n’est un secret pour personne, si tu veux réussir dans la vie, il faut te lever tôt. Ceusse (ceux) qui te diront le contraire t’induiront en erreur. En effet, ça est là (c’est là) le secret; se lever tôt pour travailler dur. Les gences (gens) dont cette façon de voir les choses est le eslogan (slogan) réussissent plus aisément que les autres. Ils ne sont pas espéciaux (spéciaux), ils sont juste bosseurs. Ousmane est un homme doucksse (doux), bon et bosseur qui réussit tout ce qu’il entreprend. Il ne ménage aucun effort et n’arrête jamais de travailler tant qu’il n’a pas une solution à un problème.  Il l’ (lui) arrive même de ne pas dormir pour ne pas traîner du travail en retard.  Si tu le (lui) demandes quant est ce (quand est ce que ) tu as dormi la dernière fois ? Il y a fort à parier qu’il ne sache vous (te) répondre.

Voilà pour l’aperçu. A cela, rajoutez un débit « monosyllabique »; oui, l’individu « sénégalensis » parle « comme s’il apprend à lire » dixit Elsa Raphaëlle.  Si cette façon de parler peut se justifier chez les apprentis de car rapide, comment cela se justifie t-il chez des étudiants, des « intellectuels », journalistes et autres leaders d’opinion?

Pense -bête personnel: Dans mon Pays, le Cameroun, même la mémé qui n’a jamais vu la capitale et qui n’est jamais sortie de son trou de village te parle un français CORRECT. Non mais allô quoi!

Je cherche la réponse et je vous reviens.

Na so: nest ce pas en pidgin

La vie est une bastonnade : célèbre citation de Mme Foning au Cameroun

 
Partagez

Commentaires

Muriel Mben
Répondre

j'avoue que j'ignore comment réagir à cet article. J'ai dû le relire pour essayer de comprendre si tu te moques ou si tu cherches réellement une réponse à la question posée à la fin. Je pars du principe que tu l'as écrit sur un ton léger sans vouloir offenser qui que ce soit. Tu essayes de comprendre pourquoi le français parlé par les sénégalais est chaotique alors qu'ils prétendent s'exprimer en un français limpide qui de surcroît est la langue officielle du Sénégal.
Bon je dirais qu'il n'y a qu'en France ou plutôt à Paris et dans les milieux officiels qu'on parle le français correctement. Dans tous les autres pays d’Afrique, la langue de Molière se trouve transformée à cause des langues locales parlées sur place. Ceci concerne aussi bien la linguistique, la morphologie que le champ lexical. Il y a des sons qui existe en français et qui sont absents dans le wolof donc le locuteur sénégalais essayera de recréer ce son qu'il ne connaît pas en produisant le son le plus avoisinant de ce dernier. A la fin, on obtient un mélange linguistique, syntaxique, morphologique, etc typiquement sénégalais.
Ne me coche pas ohh. J'ai fini par comprendre ça parce que je l'ai étudié.

Fotso Fonkam
Répondre

D'accord avec toi sur les sons qui existent dans une langue, mais pas dans l'autre. Mais c'est juste la preuve que les sénégalais sont entrent contact avec le français longtemps après avoir rencontré le français. Ce qui n'est pas un mauvaise chose, à mon avis (on ne saurait préférer la langue des autres à la sienne propre). Cependant, rien ne peux justifier les fautes de grammaire (le au lieu de lui, par exemple)

Dany
Répondre

Eh ben, je dois m'incliner devant ce billet... très beau, très vrai
Du côté de Bafoulabé (Kayes, Mali), j'ai fait le même constat que toi. c'est à se demander si eux mêmes là-bas n'ont pas développer leur part de patois qui se rapproche du français.

Molière quand tu nous tiens

Fotso Fonkam
Répondre

Lol, je sens que les sénégalais t'ont vraiment exaspérée avec leurs prétentions. Ça doit foutre les boules, surtout quand la prétention est surfaite ! Ça me rappelle Maroua où j'ai passé 5 ans (je suis pas allé aussi loin que toi). Le fufuldé y règne en maître. Et les mêmes lacunes que celles que tu as relevées au Sénégal s'y retrouvent.

Tchoupi
Répondre

Vraiment les Sénégalais, les Ivoiriens, les Djiboutiens et de façon générale tous les peuples où tu as une langue locale prédominante, dès qu'ils parlent français, tu sens tout l'accent ressortir! D'ailleurs c'est un peu pareil quand tu vas dans nos villages, dès que les gens parlent français, tu ressens l'accent. Mais bon pour nous autres qui vivons à Douala parlons un français tout ce qu'il y'a de plus normal par rapport à ceux qui vivent à Dakar ou à Abidjan. D'ailleurs de toutes les villes où je suis allé, Dakar est celle où je me suis senti le moins à l'aise, tu as le sentiment que si tu ne parles pas Wolof, tu ne peux pas t'intégrer... Tsuip!

intheeyesofleyopar
Répondre

C'est très frustrant à un moment....

anonyme
Répondre

Ben voila un texte qui va en générer, des préjugés gratuits. Étant Camerounais comme toi, je ne trouve pas notre français si excellent que ça. j'avoue que l'omniprésence du wolof perturbe le processus d'intégration des étrangers, et même la vie des autres ethnies non "wolophones", néanmoins je trouve qu'il ne faut pas blâmer des africains à cause de leur rejet du français, qui n'est la langue maternelle de personne ici. Certes on trouvera toujours des sénégalais qui pourront se vanter de leur maîtrise du français, mais je crois qu'il y a des gens qui font pareil au Cameroun. c'est un trait de caractère INDIVIDUEL qu'il ne faut pas ériger en caractéristique national. Je juge sans connaître mais je préfère me distancer des idées reçues.
sinon j'ai bien ri :-)